Nos tutelles

CNRS

IdEx

LabEx

Rechercher



Accueil > Vie scientifique > Séminaires et conférences > Colloques et Workshops > colloques pages

Journées de l’économie (JECO) 8-10 novembre 2012

8-10 novembre

publié le , mis à jour le

Journées de l'économie (JECO) 8-10 novembre 2012

Camille Cornand, Sonia Paty, Marie Claire Villeval sont invitées aux JECO et participeront aux conférences suivantes :


INFORMATION ET DESINFORMATION FINANCIERE

Camille Cornand,
Chargée de Recherche CNRS au GATE (Université de Lyon)

Jean-Pierre Lac,
Directeur Général Adjoint du Groupe SEB, en charge des Finances

Philippe Mabille,
Directeur adjoint de la rédaction de La Tribune

Modérateur : Françoise Crouigneau,
Association des Journalistes Economiques et Financiers

Quelle crédibilité accorder à une information financière complexe et devenue multiforme ? La crise a fait apparaitre un déficit de données fiables, prêtant à confusion. Un casse-tête pour les économistes comme pour les
journalistes, ces passeurs d’information, mais aussi pour les politiques, les investisseurs et les épargnants. La myopie de certains experts face au désastre qui s’annonçait, les limites de la « transparence » réclamée par chacun ou encore les risques de manipulation des marchés par ces « ovni » que sont, pour le plus grand nombre, le « trading à haute fréquence » ou les « dark pools » en sont autant d’illustrations. Au moment où la polémique se poursuit sur l’équilibre à trouver entre excès de dérégulation et de réglementation du système financier, la question parait plus que jamais essentielle.

Informations pratiques :

Horaire : Jeudi 08 novembre - 15h00 - 16h30

Lieu : Auditorium Henri Focillon, Musée des Beaux Arts, 20 place des Terreaux , 69001, Lyon

Accès : Métro : Lignes : A et C -arrêt Hôtel de ville – Louis Pradel Bus :Lignes : C3 – C18 – C13 – C14 arrêt Terreaux

LES ECONOMISTES FACE AUX DEFIS DU LOCAL

Sylvie Charlot,
Chargée de Recherche INRA GAEL (Grenoble)

David Kimelfeld,
Vice Président de la Communauté urbaine de Lyon

Fabio Padovano,
Professeur en finance publique à l’Université de Roma Tre

Sonia Paty,
Professeur de sciences économiques (Université Lyon2)

Dans une période de réforme profonde de l’organisation des collectivités territoriales et de la répartition des responsabilités qui incombent à chacune d’elles, il y a lieu de s’interroger sur les effets de ces évolutions sur
l’organisation spatiale des activités économiques et en retour sur les enjeux pour les collectivités de la structuration économique et sociale de leur territoire. Si la décentralisation fait peser des contraintes budgétaires,
administratives et de prérogatives sur les collectivités, la fiscalité locale et ses modalités, la manière de gérer le foncier et les caractéristiques des services publics offerts sont autant d’outils stratégiques à la disposition des
collectivités pour jouer sur la structure socio-économique en attirant des entreprises et/ou des ménages spécifiques. En retour, la marge de manoeuvre des collectivités dans ce jeu stratégique dépend de leurs
ressources elles-mêmes fonction de leur structure socioéconomique. Dans cette session, nous aborderons les apports récents du fédéralisme financier et de la nouvelle économie géographique et nous les confronterons aux
expériences locales françaises et italiennes, afin d’amorcer une réflexion sur des principes stratégiques d’action publique locale.

Informations pratiques :

Horaire : Vendredi 09 novembre - 09h00 - 10h30

Lieu : Palais de la Mutualité, 1, Place Antonin Jutard, 69003

Accès : Métro : Lignes : D arrêt Guillotière Bus : Lignes : C12 arrêt Guillotière, C23 arrêt Fosse aux ours Tram : Lignes : T1, arrêt Guillotière

LE BATON OU LA CAROTTE. REGARDS SUR LA POLICE

Guido Friebel,
Professor, Department of Economics and Business, Goethe University Frankfurt

Roberto Galbiati,
Chercheur CNRS (EconomiX)

Marie Claire Villeval,
Directrice du GATE

Les questions de sécurité sont au coeur de bien des débats dans la cité, qu’il s’agisse des actes de délinquance ou bien simplement des comportements anti-sociaux ordinaires. Quelle police les citoyens souhaitent-ils avoir et ont-ils confiance dans leurs policiers ? Faut-il privilégier le bâton ou la carotte pour lutter contre les comportements déviants ? Les sanctions « dures » sont-elles plus efficaces pour éviter les récidives ? Qu’ont à dire les économistes sur ces questions ? Cette session alimentera un débat à partir des conclusions de plusieurs travaux de recherche récents en économie comportementale réalisés auprès de la profession des policiers. En particulier, seront présentées deux expériences réalisées l’une auprès de tous les candidats policiers de deux Länder allemands (Hesse et Rhénanie-Palatinat) et l’autre auprès des élèves-commissaires de police en France. Les résultats de ces expériences permettront d’aborder les questions de la confiance dans la police, des motivations intrinsèques des policiers face aux sanctions, et de l’efficacité comparée des sanctions et des récompenses pour lutter contre les comportements ordinaires non coopératifs. Une troisième approche sera
consacrée à la criminalité et à l’efficience des mesures répressives, notamment à l’aide de l’analyse d’une récente politique d’amnistie en Italie.

Informations pratiques :

Horaire : Vendredi 09 novembre - 14h30 - 16h00

Lieu : Palais de la Mutualité, 1, Place Antonin Jutard, 69003

Accès : Métro : Lignes : D arrêt Guillotière Bus : Lignes : C12 arrêt Guillotière, C23 arrêt Fosse aux ours Tram : Lignes : T1, arrêt Guillotière

Pourquoi donne-t-on ?

Isabelle Bainson,
Responsable des Fonds Privés Handicap International

Gabrielle Fack,
Assistant Professeur, Universitat Pompeu Fabra, Barcelone et affiliée à l’Ecole
d’Economie de Paris

Ismaël Le Mouel,
Cofondateur mail for good

Marie Claire Villeval,
Directrice du GATE

Modérateur : Philippe Lefébure,
France Inter

A l’approche de Noël, les sollicitations par des associations charitables sont de plus en plus insistantes. Alors que nous sommes préoccupés par l’évolution de notre pouvoir d’achat et la protection de nos proches, la plupart d’entre nous sommes toutefois prêts à donner à des inconnus et ce, de manière répétée. Quels mécanismes économiques permettent-ils de comprendre ces comportements ? Trois grands thèmes mettent en lumière le rôle conjoint des associations, des individus et de la puissance publique.
- Qu’advient-il de notre générosité en temps de crise ? Dans ce contexte, les associations doivent-elles viser une plus grande efficience comme de véritables organisations économiques ? Quel est le succès rencontré par les
nouvelles formes de dons notamment via internet ? Doit-on recourir aux "nudges" pour collecter davantage de fonds ?
- Quels sont les ressorts économiques individuels de nos comportements généreux : sommes-nous motivés par un pur altruisme, le plaisir de donner, la volonté de donner une bonne image de nous-mêmes, ou l’impact final de
l’action sur les bénéficiaires ? Les plus riches d’entre nous sont-ils les plus généreux ?
- Les déductions fiscales accordées pour les dons aux organisations charitables sont particulièrement importantes en France par rapport à la plupart des pays développés. Cette politique est-elle efficace ? Quelles sont les autres politiques possibles pour favoriser les collectes de fonds ?

Informations pratiques :

Horaire : Vendredi 09 novembre - 16h30 - 18h00

Lieu : Palais de la Mutualité, 1, Place Antonin Jutard, 69003

Accès : Métro : Lignes : D arrêt Guillotière Bus : Lignes : C12 arrêt Guillotière, C23 arrêt Fosse aux ours Tram : Lignes : T1, arrêt Guillotière

Voir en ligne : JECO